Réservation

L'HISTOIRE DE L'HÔTEL

L’hôtel La Ponche était un petit caboulot en 1938 tenu par les parents de Simone Duckstein, âme et mémoire des lieux. Du ponton, les pointus accostaient quand La Ponche n’était qu’un simple bar de pêcheurs. Puis, les vedettes vinrent naturellement dans les années 50. Pour sa simplicité brute et sa créativité lumineuse. Elles venaient alors avec le Train Bleu qui les libérait ensommeillées sur les quais de la gare de Saint-Raphaël. Ils rejoignaient Saint Tropez parce que c’était un « petit paradis ». Depuis l’hôtel a réuni un casting légendaire d’artistes, écrivains, cinéastes venus goûter à cette source inépuisable d’imagination et de légèreté qu’est La Ponche. Ecrire. Aimer. Certains s’y installer. C’est ici qu’est né l’art de vivre de la Riviera. L’hôtel La Ponche est à Saint-Tropez ce qu’une source est à un fleuve. A l’écart des tumultes du courant, il abrite dans une crique intimiste les origines de l’énergie et de l’âme de la ville

Ces enfants du siècle rejoignaient Saint Tropez, parce que c’était un « petit paradis ». Les attendait le café brûlant avec des tartines de pain grillé. Parfois ils descendaient en automobile comme Françoise Sagan dans sa Jaguar X/440.

Simone avait 13 ans lorsque l’équipe de « Et Dieu créa la femme » vint s’installer à la Ponche. Elle vit l’idylle Bardot-Vadim s’effilocher sous le regard brûlant de Jean-Louis Trintignant.

La suite est un générique magique de stars: Boris Vian passait volontiers derrière la bar, pour servir ses amis: Daniel Gélin, Michel Piccoli, Pierre Brasseur, Jean-Paul Sartre, Pablo Picasso…

Simone Duckstein a vu tout cela les yeux grands ouverts ; s’étonnait des hommes qui n’étaient « fidèles qu’à leur numéro de chambre ». S’y réunirent des couples célèbres dans les chambres créées à partir de 1951: Brigitte Bardot et Gunther Sachs , Bernard Buffet et le mannequin Annabel , Romy Schneider et Daniel Biasini)…